Google+ Eden's Library: Troubles - Jennifer Provins
  • Bilans de lecture - par auteur
  • Bilans de lecture - par titre
  • Les News du blog
  • Livres à vendre
  • Bilans du mois
  • Vendredi c'est fan art
  • Tags
  • La folie acheteuse
  • Editeurs / Auteurs
  • LC & Challenge
  • Swaps
  • mardi 6 août 2013

    Troubles - Jennifer Provins


    Editeur: auto-édition, financé par My Major Company

    Quatrième de couverture:
    Condamnée à tort pour un meurtre qu'elle n'a pas commis, Clara se retrouve internée à l’hôpital Saint-Etienne, une prison psychiatrique dont on ne ressort pas. Dès son arrivée, on lui ôte tout ce qui fait sa personnalité : sa vie, ses affaires, son nom, sa liberté entière, à la place de laquelle on lui décerne un numéro. Mais #2432 n'est pas seule. Tout au fond d'elle, emprisonnée entre les murs de son esprit se dissimule un monstre, son autre moitié, Carla...


    La couverture:
    Une très jolie couverture réalisée par Tiphaine Léard qui représente bien l'atmosphère sombre du livre.

    Bilan de lecture:
    Malgré quelques fautes d'orthographe par-ci par-là, quelques répétitions et quelques incohérences, Troubles a été une assez bonne lecture.
    L'écriture de Jennifer Provins est fluide et agréable. On s'immerge facilement dans le monde de Clara. C'est un monde futuriste du XXIIIème siècle, pourtant l'asile où l'héroïne se retrouve enfermée n'a pas évolué avec le temps. Il demeure ancré dans une époque plus lointaine où papier, stylo-bille et jeux de cartes sont encore d'actualité. On peut s'étonner du peu de surveillants (6) dans un asile d'une centaine de fous ayant commis des crimes tous plus atroces les uns que les autres. Plus aberrant encore: une unique clé déverrouille chaque cellule, chaque porte de l'asile.
    J'avoue que certains passages m'ont été pénibles, non pas par l'écriture de l'auteure mais par l'horreur qui y est relatée. Je n'ai pas eu d'empathie pour l'héroïne, Clara, qui vit un véritable enfer. Condamnée pour un meurtre qu'elle clame ne pas avoir commis, force est de constater que c'est bien elle la coupable. Bien qu'elle ait agi par légitime défense pour se protéger d'un beau-père pervers qui lui fait vivre un cauchemar depuis plusieurs années, son double, Carla, l'a assassiné avec froideur et barbarie. Ce qui peut être gênant pour le lecteur c'est l'inconstance de l'héroïne. Cette jeune fille fragile a conscience de la cruauté de son double Carla, qu'elle considère comme une personne indépendante d'elle-même mais ne pouvant vivre qu'à travers elle. Clara est scindée en 2. Elle est schizophrène et, donc, réellement folle. Le malaise qui réside dans Troubles est que Clara n'assimile pas ce fait -typique d'un dérangé me direz-vous- seulement elle oscille entre rejet de Carla et acceptation voire même adoration de cette seconde identité qu'elle considère parfois comme un ange protecteur.
    Je regrette que les personnages n'aient pas été plus travaillés (on connait peu de choses d'eux, de leur histoire, certains se cantonnent à être un prénom ou un simple numéro) mais en même temps je n'avais pas forcément envie d'en apprendre plus sur les "amis" de Clara qui eux aussi ont commis nombre d'atrocités et qui ne sont clairement pas internés par hasard.
    J'ai eu une pointe de déception en refermant le livre car je m'attendais à un total retournement de situation sur la fin et que ce retournement n'est jamais venu. Les internés de l'asile sont dotés de numéros dès leur arrivée et abandonnent donc leur identité ainsi qu'une part de leur individualité. Les chiffres ayant une place assez importante dans le roman (numéro des internés, horloge qui obsède Clara dans sa cellule), je pensais qu'ils avaient une véritable raison d'être, plus profonde, et que cette raison d'être allait nous être dévoilée.
    La thématique de la liberté est très présente. Chaque interné caresse le doux espoir de se libérer de leurs chaînes. Cependant, la thématique peut mettre mal à l'aise car toute personne saine d'esprit n'accepterait pas que ces centaines de criminels touchés par la folie soient libérés sans être soignés. A mon sens, il aurait fallu mettre en avant la libération de ces esprits torturés plus que leur libération physique. Il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un roman psychologique et que la psychologie prime avant le reste. Le lecteur aurait pu ressentir un tel soulagement de voir l'héroïne se battre jusqu'à se débarrasser de cette facette néfaste et démente que représente Carla, de sa folie toute entière ! Mais il en va autrement et la fin m'a parue plutôt très pessimiste.

    Je tiens toutefois à saluer le travail de l'auteur. Ce roman se veut avant tout un roman psychologique et on entre bel et bien dans l'esprit dérangé et torturé de Clara qui nous livre ses pensées, ses questionnements. Les interventions de Carla sont mises en avant par de l'italique ce qui permet de ne pas nous perdre entre les deux personnages qui n'en forment qu'un.
    Pour un premier roman d'une jeune auteure, je trouve que c'est assez prometteur.

    6 commentaires:

    1. Ce roman me tente bien, et si la fin est "pessimiste", ça me plait d'avance. Trop peu de roman ose la "mauvaise fin", alors qu'elle a parfois plus de crédibilité que la fin heureuse.
      Merci pour ton avis en tout cas, il m'a fait découvrir un roman qui me donne envie ^^

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Tu vas être servie niveau pessimisme avec Troubles. ;) C'est sûr que de toute façon, vu l'évolution de l'héroïne dans le livre, la fin pessimiste est plus crédible. Si elle avait été optimiste on l'aurait senti.

        Supprimer
    2. Tiens tiens ! Il me dit bien ce livre, merci pour la découverte !

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. De rien ! ;) J'espère que la lecture te plaira ! :)

        Supprimer
    3. J'ai lu troubles. On est immergé dans le roman en moins temps qu'il n'en faut pour le dire, et quel roman! Jenifer a un vrai talent pour parvenir à plonger son lecteur dans l'univers pesant totalitaire des institutions psychiatriques.

      Le background des personnages pourraient être un peu plus expliqué mais reconnaissons que cela fait jouer l'imagination du lecteur.

      Une petite remarque pour terminer: Il est vrai que la fin du roman laisse sur sa faim. Ou plutot, il donne faim. On n'a qu'une envie à son issue, découvrir le récit de la fuite, sous la forme d'un thriller palpitant... Tu nous offres ça, Jenifer?

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. C'est vrai qu'on pourrait s'attendre à une suite. :)

        Supprimer