Google+ Eden's Library: La dystopie
  • Bilans de lecture - par auteur
  • Bilans de lecture - par titre
  • Les News du blog
  • Livres à vendre
  • Bilans du mois
  • Vendredi c'est fan art
  • Tags
  • La folie acheteuse
  • Editeurs / Auteurs
  • LC & Challenge
  • Swaps
  • mardi 6 août 2013

    La dystopie

    Je lis à peu près de tout mais j'ai une petite préférence pour les dystopies et ce, depuis mes années collège avec la lecture du Meilleur des mondes d'Aldous Huxley. Ce livre m'avait beaucoup marquée à l'époque. Les écrivains ne sont pas juste plein d'imagination. Ils peuvent aussi être de grands visionnaires et cerner les failles de la société.
    J'ai voulu prendre le temps de faire cet article pour parler un peu de ce genre que j'affectionne, d'en donner une courte définition et de citer quelques livres qui sont à mon sens de grands classiques du genre.


    La dystopie, qu'est-ce que c'est exactement ?
    La dystopie est un sous-genre de la science-fiction. On l'appelle aussi contre-utopie.
    Voici une petite définition du dictionnaire Larousse: Description, au moyen d'une fiction, d'un univers déshumanisé et totalitaire, dans lequel les rapports sociaux sont dominés par la technologie et la science.

    Pour commencer, quelques mots sur Le meilleur des mondes, écrit en 1931 par Aldous Huxley. 
    Dans l'univers du livre, la génétique et le clonage font partie intégrante de la société. Les enfants sont créés en laboratoire et sont conditionnés génétiquement afin d'appartenir à l'une des 5 castes (de la plus haute caste à la plus basse, de la plus intelligente à la moins intelligente): les Alpha, les Bêta, les Gamma, les Delta, les Epsilon. Dès leur plus tendre enfance, chaque bébé est conditionné par l'hypnose afin de correspondre parfaitement à sa caste et de coexister en harmonie (pas de jalousie, pas d'animosité). Tout est décidé pour eux: de leurs goûts jusqu'à leurs passe-temps et leurs comportements. Le héros (ou devrais-je dire anti-héros puisque nous sommes dans une contre-utopie) est un être particulier qui remet en cause certaines facettes de cette société dans laquelle il est censé se fondre...


    Un autre classique du genre est La ferme des animaux de George Orwell. Dans ce livre, les animaux d'une ferme se rebellent contre le fermier Mr Jones. On assiste à l'évolution d'une utopie à une dystopie. Au départ, 7 principes résument la philosophie de cette nouvelle société, débarrassée de l'homme (philosophie appelée l'Animalisme):
    1-Tout ce qui se tient sur deux pattes est un ennemi sauf les volailles.
    2- Tout ce qui se tient sur quatre pattes est un ami.
    3- Nul animal ne portera de vêtements.
    4- Nul animal ne dormira dans un lit.
    5- Nul animal ne boira d'alcool.
    6- Nul animal ne tuera un autre animal.
    7- Tous les animaux sont égaux.
    Cependant, si les animaux se sont débarrassé de l'oppression des hommes, une nouvelle menace guette leur liberté fraîchement retrouvée: les cochons. Ces derniers, subrepticement, vont prendre le pouvoir. Alors qu'ils avaient eux-mêmes rédigés sur les murs de la ferme les 7 préceptes de l'Animalisme, ils vont enfreindre chacune des lois.
    La ferme des animaux a été publié en 1945 pour la version originale (la traduction en français a été publiée en 1947). Plus qu'une dystopie, La ferme des animaux est une allégorie de la montée au pouvoir du dictateur Joseph Staline. Dans cette nouvelle, Orwell dénonce l'injustice, l'oppression, la violence, et surtout il condamne le totalitarisme.


    Il existe même un dessin animé adapté de la nouvelle d'Orwell. Il date de 1954. Vous pouvez facilement le trouver sur You Tube en version originale si l'anglais ne vous rebute pas ou en français. En voici la bande-annonce:



    Un autre livre d'Orwell que tout bon fan de dystopie devrait avoir lu: 1984. Publié en 1948, l'histoire se déroule dans un monde totalitaire dirigé par Le Parti et son leader, connu sous le nom de Big Brother. Chaque aspect de la vie des citoyens est contrôlée. Ils sont observés via des télécrans à l'intérieur de leur maison et il leur est interdit de les éteindre. En 1948, il s'agissait d'un récit futuriste mais aujourd'hui on ne peut pas nier que notre société à des points communs avec celle dépeinte dans 1984. La technologie est partout.


    Enfin, le dernier ouvrage qu'il me parait important de mentionner est celui de Ray Bradbury écrit en 1951 intitulé Fahrenheit 451. Dans cette société futuriste les livres sont interdits et le travail des pompiers est de repérer les maisons qui en posséderaient encore pour les brûler. Montag est un pompier. Un jour, il part en intervention avec son équipe chez une vieille femme qui refuse de se séparer de ses livres. La menace plane de brûler sa maison mais cette dernière s'obstine à rester à l'intérieur, au milieu de ses livres. Alors que l'ordre d'allumer le feu est lancé, Montag ne réussit pas à la convaincre et la vieille dame meurt. De retour dans le camion, Montag cache sur lui un objet interdit. Un objet dangereux. Un livre. Cet élément déclencheur va le mener à repenser totalement la société dans laquelle il vit, et ce au péril de sa vie.



    Si j'aime autant les dystopies c'est parce que même si elles donnent une image pessimiste du monde et de l'avenir on y trouve toujours des similarités avec notre société actuelle. Les auteurs de dystopies comme Orwell, Huxley ou Bradbury ont voulu mettre en garde leurs lecteurs de certains excès et dangers menaçant la société. Les livres ne sont plus de simples livres, ils deviennent des armes (non violentes, on est bien d'accord) pour transmettre des messages au lecteur et participent au combat pour la liberté.
    Aujourd'hui la dystopie est devenue à la mode et on voit fleurir de nombreux livres de ce genre, en particulier dans la littérature Young Adult.

    15 commentaires:

    1. Marrant que tu fasses un article sur ça :D Normalement je vais faire mon mémoire de master sur la mode de la dystopie dans le secteur YA justement du coup haha.

      RépondreSupprimer
    2. Oh génial ! Ca va être super intéressant d'étudier ça !

      RépondreSupprimer
    3. Tu me donne vraiment envie de lire un livre de ce genre, ça a vraiment l'air pas mal!

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Ah génial ! :) C'est vraiment ce que je voulais faire avec cet article: donner envie de découvrir ce genre ! ^_^

        Supprimer
    4. J'ai vraiment du mal avec ce genre, car je trouve qu'il y a trop de similarité entre tous ces livres ...

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. En YA oui. Parce qu'ils reprennent tous plus ou moins la même trame, que ça marche, que c'est vendeur et surtout que c'est la mode en ce moment. Mais dans les classiques du genre les histoires sont toutes différentes les unes des autres. Ils prônent tous la même chose: la liberté sous toutes ses formes mais leurs auteurs le font de différentes façon et dénoncent aussi des abus différents.

        Supprimer
      2. Si tu en avais un seul à me conseiller, ce serait lequel ?

        Supprimer
      3. Han dur ! >.<
        Si tu veux voir à quoi ressemble un monde où les livres sont interdits et où le héros va enfreindre la loi et retomber dans les livres alors je dirais Fahrenheit 451.
        La ferme des animaux il est court. C'est vraiment une sorte de petit conte/nouvelle. Ca se lit à tout âge mais pour en comprendre vraiment la portée il faut être adulte.
        Le meilleur des mondes est costaud. Les humains qui n'ont pas évolué avec leur temps (qui créent encore des enfants en dehors des laboratoires, etc) sont des sauvages qui vivent dans une réserve. C'est vraiment une réflexion sur l'essence même de l'humanité.
        1984 c'est la dénonciation de l'oppression, de la vie privée qui n'en est plus une car tout le monde est surveillé et se surveille.
        Ah et je n'en parle pas dans mon article mais V pour vendetta qui est un film (avec Natalie Portman, peut-être que tu l'as vu ?) est issu d'une bande-dessinée. C'est aussi de la dystopie. J'avais beaucoup aimé le film. Il faudrait que je tente la BD.
        Bref je ne t'aide absolument pas en fait ! ^^' Tout dépend de ce que tu recherches. Mais j'aurais tendance à dire: pourquoi pas commencer avec Fahrenheit 451...

        Supprimer
      4. Alors hop ! Fahrenheit 451 dans ma wish list ;-)
        Et non, je n'ai pas encore vu V pour Vendetta ... mais si tu as l'occasion de lire les BD et qu'elles sont super, n'hésites pas à me le dire ^^

        Merci pour ces conseils =)

        Supprimer
    5. J'essaierai de me trouver les BD. :)
      Tu me diras ce que tu auras pensé de Fahrenheit 451 . ;)

      RépondreSupprimer
    6. Pour être franche, je n'ai encore jamais lu de dystopie, sauf si on peut classer "Marche ou crève" de S.King dedans... par contre j'aime assez le post-apocalyptique, le livre qui m'a le plus parlé est "Une seconde après" de William R. Fortschen.
      Avec ton article tu me donnes envie de lire "Le meilleur des mondes", je pense que je vais l'ajouter à ma wish-list ;)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Il faut goûter à tout pour savoir ce qui nous plaît. ^^ Quand j'ai lu "Le meilleur des mondes" pour la première fois j'étais au collège. J'étais trop jeune pour saisir pleinement ce livre. Tout comme "1984" et "Fahrenheit 451" d'ailleurs. Mais je me souviens que "Le meilleur des mondes" m'avait marquée pour ne pas dire choquée. Il véhicule quelque chose de très fort. Quand on sait qu'aux USA de riches familles peuvent choisir le sexe de leur enfant voire même isoler des gènes pour que le bébé soit comme ils le rêvent, c'est là qu'on peut presque se dire qu'on est en route pour "Le meilleur des mondes"... et ce n'est pas une bonne chose du tout !! :/ J'adore les dystopies pour leurs messages. C'est souvent pessimiste mais au moins ça remet les pendules à l'heure ! :)

        Supprimer
    7. Les pseudo-dystopies YA commerciales me sortent par les yeux mais je suis très friand des "vraies" par contre, Huxley a été un grand choc pour moi également (et plus récemment Damasio m'a ébloui et relancé dans le genre).
      Dans ta liste des must je rajouterais Un bonheur insoutenable (Ira Levin) , La zone du dehors(Alain Damasio), Les monades urbaines (Robert Silverberg), Zen City (Grégoire Hervier), Ravage (Barjavel),...

      RépondreSupprimer